Créatine et sport

Bonjour à tous et quel plaisir de vous retrouver à l’aube d’un printemps qui commence par l’envie d’être au mieux de notre forme ! C’est pourquoi place aux séances d’entraînement plus fréquentes et constantes à des intensités croissantes.

Mais dans tout ce ferment printanier, quand nos muscles commencent à trouver la meilleure forme après le « brouillard » hivernal, nous risquons d’en demander trop à notre corps et nous nous retrouvons sous une forme de fatigue qui peut devenir chronique jusqu’à ce qu’elle rende vains nos efforts.

Ainsi, après avoir amélioré le style alimentaire, la fréquence et l’intensité de l’entraînement, nous devons être en mesure de réintégrer dans le pré-entraînement quelque chose qui peut mettre nos muscles dans la condition de donner le meilleur d’eux-mêmes.

Avec CGT Explosion, KeForma propose désormais un produit entièrement renouvelé dans sa substance et dans son contenu formulé d’ingrédients actifs synergique avec notre résultat : + énergie, + récupération, + récupération, + performance !

CGT Explosion contient un mélange de créatine, utile pour recharger les ADP qui ont déjà libéré de l’énergie dans la mitochondrie pour exprimer plus de force dans chaque série répétée, glutamine, qui empêche le catabolisme pendant l’entraînement, taurine, pour réduire les dommages oxydatifs produits pendant l’exercice, enrichie en créatine pyruvate, une forme encore plus efficace pour soutenir la force maximale, alanyl-glutamine, pour reconstituer le cycle de Krebs tout en maintenant un turn over efficace, et complétée par la bêta-alanine, précurseur de la carnosine, le plus puissant tampon d’acide lactique produit par notre corps pour prolonger l’intensité dans le temps de l’effort et la l-citrulline, capable d’augmenter la production d’oxyde nitrique et de permettre à tous les nutriments mentionnés ci-dessus d’atteindre les cellules plus facilement, grâce à un stimulus direct de la microcirculation qui rechargera les muscles plus efficacement.

En outre, grâce au fructose 1-6 diphosphate, fort inducteur de composés phosphoriques hautement énergétiques, et au dextrose, le pic d’insuline créé, favorisera l’entrée des acides aminés dans les cellules.

Tout cela est complété par la riboflavine, partie de diverses enzymes qui catalysent les réactions énergétiques ci-dessus et la pyridoxine pour améliorer le métabolisme des acides aminés, sans oublier l’action de la vitamine C comme protection antioxydante et pour promouvoir l’énergie provenant de l’oxydation des lipides.

Mais les questions peuvent surgir spontanément : pourquoi devrais-je les utiliser ? Est-ce qu’elle fausse ma performance en ne me faisant pas ressentir la fatigue ?

En réalité, la fatigue apparaît rapidement si nos muscles n’ont pas récupéré à 100% et sont fatigués par entraînement précédent ou une journée stressante.

Rappelons que chez les athlètes végétariens et végétaliens, les niveaux de créatine musculaire peuvent être plus à risque de diminuer si l’apport en protéines n’est pas adéquat, c’est pourquoi la créatine reste une stratégie importante pour ces athlètes également.

« Cause » signifie que dans notre mode de vie normal, nous nous trouvons parfois en train d’épuiser nos réserves d’énergie plus que nous ne le devrions, ce qui affecte négativement nos performances et nous expose au risque de rupture de « charge ».

C’est pourquoi un mélange bien formulé des nutriments décrits ci-dessus peut permettre à nos muscles de s’exprimer au mieux de leur potentiel tout en respectant les équilibres physiologiques et la santé.

Dott. Lorenzo Bergami

www.lorenzobergami.it

– J.M. Lukaszuk, R.J. Robertson, J.E. Arch, G.E. Moore, K.M. Yaw, D.E. Kelley, J.T. Rubin and N.M. Moyna, Effect of creatine supplementation and a lacto-ovo-vegetarian diet on muscle creatine concentration,Int J Sports Nutr Exer Metab 12 (2002), pp. 336-337.
– D.G. Burke, P.D. Chilibeck, G. Parise, D.G. Candow, D. Mahoney and M. Tarnopolsky, Effect of creatine and weight training on muscle creatine and performance in vegetarians, Med Sci Sports Exerc 35(2003), pp. 1946-1955.

X