Glutamine: excellente pour la récupération, pour améliorer la réponse immunitaire etc…

Dans cet article, préparez-vous à découvrir de nouvelles raisons d’utiliser ce complément alimentaire formidable aux nombreuses fonctions: la glutamine

Parlons d’abord de la différence entre la L-glutamine et le peptide glutamine. En effet, la première effectue immédiatement ses premières fonctions au niveau intestinal, ce qui entraîne une réduction de l’absorption plasmatique de 60 à 70% par rapport à la quantité prise par voie orale.

L-Glutamine

Cette particularité est cependant une grande qualité de la L-glutamine car elle nourrit instantanément les lymphocytes et les macrophages présents en quantité abondante dans les cellules intestinales, où se trouvent les premières lignes de défense de notre système immunitaire étant une surface, de l’intestin , qui couvre un terrain de football dans son intégralité

Peptide Glutamine

Sous la forme de peptide, la glutamine perd sa fonction sur le système immunitaire, mais augmente le pourcentage qui se trouve dans le plasma après l’ingestion jusqu’à 10 fois.

Personnellement, je préfère utiliser la L-glutamine à des doses plus élevées que les peptides pour avoir la même concentration au niveau du plasma mais avec une action stimulante sur la réponse immunitaire, une des actions les plus importantes selon moi chez les athlètes et pour ceux qui pratiquent des sports d’endurance.

Bien qu’appartenant à la catégorie des acides aminés non essentiels, la glutamine joue un rôle biologique très important. En fait, dans des conditions de stress et d’entraînement de haute intensité, le foie a la capacité de générer de la glutamine à partir d’autres composés protéiques pour faire face rapidement à l’augmentation de ses besoins.

Le 60% de glutamine présente dans le corps humain est en effet contenue dans le tissu musculaire et ses concentrations plasmatiques diminuent après un exercice intense et prolongé

De cette déduction, des études ont été menées sur des athlètes professionnels concernant la réduction de la glutamine associée à des efforts longs et pénibles, au surentraînement et à l’immunosuppression.

Sport endurance

L’effort physique élevé, associé au pourcentage réduit de graisse et de stress de compétition, rend en fait leur corps plus sujet aux infections (surtout situées au niveau des voies aériennes supérieures).

L’hypothèse que la glutamine puisse augmenter les défenses immunitaires des athlètes est scientifiquement fondée sur le fait que, pendant les entraînements intenses et prolongés, les niveaux de glucose et d’insuline diminuent, obligeant le foie à récupérer le glucose lui-même des réserves de protéines et, une fois épuisé le glycogène musculaire, en utilisant l’alanine et la glutamine (privant ainsi le système immunitaire d’un nutriment essentiel).

Son efficacité dans la lutte contre l’immunosuppression est toutefois limitée aux cas où l’activité physique est particulièrement intense et prolongée sur de longues périodes. En fait, l’exercice modéré doit être considéré comme un moyen idéal pour augmenter l’efficacité du système immunitaire.

La glutamine favorise également l’entrée dans les cellules musculaires de l’eau, des acides aminés et d’autres substances, en lui donnant la fonction de volumateur, c’est-à-dire de substance capable d’améliorer l’absorption musculaire des acides aminés, des glucides et de l’eau.

L’eau étant fondamentale dans la synthèse du glycogène (chaque gramme de glycogène produit par le corps le lie à 2,7 grammes d’eau) cette caractéristique pourrait être à la base de la disponibilité accrue du glycogène musculaire pendant la récupération, faisant de la glutamine un excellent complément alimentaire à ajouter au cocktail après l’entraînement

La glutamine prise à jeun, dans des conditions de faible glycémie, a également conduit certains chercheurs à retrouver des valeurs accrues de sécrétion de GH dans le sang. Il intervient dans la formation du glutathion, un antioxydant puissant constitué de manière exogène de glycine, cystéine et d’acide glutamique.

En référence à ce qui a été dit pour la réponse immunitaire, rappelons que l’activité physique augmente la production de radicaux libres. D’un autre côté, si elle est soutenue par les bons temps de récupération et une alimentation adéquate, elle améliore les systèmes antioxydants endogènes, y compris celui véhiculé par la glutathion peroxydase (GPX)

Cela, chez ceux qui pratiquent un entraînement intensif combiné à un mode de vie stressant ou chez qui pratiquent plus de 10 heures d’activité par semaine, peut ne pas être suffisant … et c’est pourquoi la glutamine est potentiellement intéressante même dans ces cas

protéines en poudre

La glutamine intervient également dans le syndrome de surentraînement; il existe une relation entre la baisse permanente des taux plasmatiques de glutamine et l’apparition de symptômes typiques du surentraînement (fatigue chronique, perte de poids, perte d’appétit, apparition d’infections mineures, nausées, dépression, apathie, augmentation du rythme cardiaque au repos et diminution de la fréquence cardiaque d’entraînement).

Selon certains chercheurs, l’administration de glutamine et de BCAA (acides aminés à chaîne ramifiée) serait donc utile pendant les périodes d’entraînement intense pour stimuler le système immunitaire et réduire le risque de surentraînement

Une autre fonction de la glutamine est de maintenir l’équilibre acide-base. Lorsque nous entraînons nos muscles, ils produisent différentes substances cataboliques, dont l’acide lactique pendant les entraînements lactiques, qui traversent la circulation sanguine et ont tendance à l’acidifier.

Les reins enregistrent une baisse du pH du sang et commencent à consommer de la glutamine de plus en plus vite. En effet, les atomes de carbone de la molécule de glutamine sont oxydés dans les reins, ce qui provoque la production d’ions bicarbonate qui sont libérés dans la circulation sanguine. Le bicarbonate absorbe les ions hydrogène de l’acide lactique et d’autres composés acidifiants et les neutralise.

L’autre mécanisme prévoit la production d’ammoniac, que les reins complexent afin d’éliminer l’urée produite par l’oxydation des substrats protéiques pendant l’entraînement. Lorsque les concentrations d’acide lactique sont élevées, les deux mécanismes peuvent augmenter la consommation de glutamine des reins de 6 à 10 fois par rapport à la normale.

Plus la disponibilité de la glutamine est grande, plus la restauration de l’équilibre acido-basique est rapide. La glutamine est également capable de surmonter la barrière hémato-encéphalique et de contribuer, avec le glucose, à la production d’acide glutamminique, le principal carburant des cellules cérébrales.

Alors, quelles sont les quantités et les temps d’emploi?

La dose d’ingestion recommandée est d’environ 1-1,5 grammes de glutamine par jour. Il faut cependant souligner que dans de nombreuses études qui en attestent les propriétés ergogéniques, des dosages nettement plus élevés ont été utilisés (5 grammes ou 0,1 g par kg de poids corporel pour chaque prise plusieurs fois par jour selon le type d’entraînement de 10g à 80g au cours de la journée).glutamine kyowa keforma

La prise de glutamine devrait cependant varier en fonction de l’effort physique et du régime alimentaire. Le besoin de glutamine augmente significativement dans le cas d’une alimentation pauvre en protéines et lorsque l’entraînement est particulièrement intense et durable.

Donc en résumé, sur la base de ce qui a été dit, le timing et les doses de la prise utile en moyenne au cours de la supplémentation alimentaire avec de la glutamine.

Aucune différenciation par type de morphisme n’est enregistrée à l’exception du dosage à augmenter en fonction des besoins chez les sujets ectomorphes.

  • 1 portion, comme indiqué ci-dessus, 30-60 minutes avant le début de l’effort associée à des glucides avec un faible indice glycémique, dans les sports de puissance et pour des activités lactiques.

De cette façon, en plus d’être mieux absorbée en cas d’hyperglycémie, la glutamine favorise une performance sportive optimale.

Avec une prise associée de BCAA pour stimuler la lipolyse et réduire la fatigue dans les périodes de réduction de l’apport en glucides dans l’alimentation ou en combinaison avec HMB pour réduire le catabolisme pendant les séances d’entraînement d’endurance.

  • 1 portion, comme indiqué ci-dessus immédiatement après l’entraînement, dans les 30 minutes qui suivent la fin de l’exercice.

Dans ce cas, l’intégration est conseillée, associée à des liquides abondants, des acides aminés à chaîne ramifiée et des protéines de lactosérum pour maximiser la récupération du glycogène et favoriser le déclenchement de la synthèse des protéines de récupération.

  • 1 portion comme indiqué ci-dessus à jeun, si possible avant le coucher, pour stimuler la sécrétion de GH pendant les heures de repos nocturnes;
  • En outre, grâce à son action sur l’absorption des protéines, une portion supplémentaire peut être utilisée, comme reporté ci-dessous en association avec les trois repas principaux, lorsqu’un programme d’augmentation de masse musculaire est suivi associé à l’augmentation de la quantité quotidienne de protéiques dans le but d’améliorer l’absorption des protéines, et de réduire l’acidification induite par l’augmentation de l’apport en protéines et le métabolisme des déchets azotés qui en résulte au niveau rénal.

À vous maintenant, mes chers lecteurs, de mettre la même passion dans la réalisation de vos objectifs grâce aussi à la passion que moi-même, tout comme KeForma, mettons dans notre travail!

Dott. Lorenzo Bergami

Fonti:

  • Welbourne, T.C. (1995) Increased plasma bicarbonate and growth hormone after an oral glutamine load, The American Journal Of Clinical Nutrition, Volume 61, issue 5, (pp. 1058-1061);
  • Bowtell, J.L., Gelly, K., Jackman, M.L., Patel, A., Simeoni, M. & Rennie, M.J. (1999) Effect of oral glutamine on whole body carbohydrate storage during recovery from exhaustive exercise, Journal of Applied Physiology, Volume 86, issue 6, (pp. 1770-1777);
  • Prada, P.O., Hirabara, S.M., de Souza, C.T., Schenka, A.A., Zecchin,H.G., Vassallo, J., Velloso, L.A., Carneiro, E., Carvalheira, J.B., Curi, R. & Saad, M.J. (2007) L-glutamine supplementation induces insulin resistance in adipose tissue and improves insulin signalling in liver and muscle with diet-induced obesity,Diabetologia, Volume 50, issue 9, (pp. 149-159);
  • Vamier, M., et al: Stimulatory effect of glutamine on glycogen accumulation in human skeletal muscle. Amer. J. Physiol., 269:E309, 1995.
X